Viens

bas’ند
اعتقلني في جسدك
المس روحي بعينيك
يديك، شفتيك…
ناديتك،ناديتك
كل ما في ينحو لك
قلبي عبد اسمك
يناجي رضاك
ليتك يوما ترضى
تنسى ما كان و ما مضى
تؤمن بحكمة ما قضى
و يخف عن صوتك الصدى.
لما لا تأتي؟
Viens…
Ne suis-je donc pas assez bien, pour qu’en moi enfin tu tisse tes liens ?
Cesse de me rejeter
Je te demande pour une fois de rester
De résider au creux de mon cou et de rendre irrégulier mon pouls.
Regarde comme je suis limpide
De ta douceur insatiablement avide.
Si ivre de ton ombre qui passe et toi qui ne cesse de changer de place.
Voit tu mon âme s’est dévêtue de sa vertu depuis le jour où tu t’es tu et peu à peu je me mue en un silence qui me noie dans l’absence et la dégénérescence de l’être,
Moi qui jurait ne jamais me soumettre, je vois toutes mes convictions disparaître.
Pourquoi me nuis-tu ?
Je ne pourrais percer tes mystères mais simplement dire de quoi tu as l’air.
Tu es l’obscur et l’incertain et la lumière qui éclaire mon funeste destin.
Mon cœur tant meurtri,
Ne demande qu’à être par toi guéri de sa noir Sibérie.
Je perds ma vie à clamer ta merci
لما لا تأتي؟

Laisser un commentaire